Les Assises de l’édition suisse 2017

Assises de l'édition suisse, jeudi 27 avril 2016, Salon du livre et de la presse, Genève

Les Assises de l’édition suisse prennent la forme d’une journée d’étude  dédiée aux professionnels de la filière du livre. Elles ont eu lieu cette année le 27 avril et elles étaient précédées la veille par Les Assises de l’édition francophone. Cette manifestation, désormais traditionnelle dans le cadre du Salon du livre et de la presse, se tient sous le patronage de la Confédération: Office fédéral de la culture et Département fédéral des affaires étrangères. Au cours des débats et tables rondes, les intervenants ont décliné la thématique de « la relève dans les métiers du livre en Suisse, un état des lieux », sous l’angle des politiques publiques, du passage de témoin dans les maisons d’édition ou encore de l’avenir de la filière.

Politiques publiques

Fédéralisme oblige, la Confédération ne dispose que d’un rôle subsidiaire dans la promotion de la création littéraire: l’attribution de prix littéraires, de celui du plus beau livre suisse, ou encore, par le biais de la reconnaissance du rôle culturel des éditeurs, leur inscription dans une filière économique spécifique. Cet aspect est important et revient dans nombre d’interventions: la littérature, de par sa dimension culturelle, est soutenue pour le rôle qu’elle joue dans la cohésion du pays.

Pour Jacques Cordonier, chef du Service de la culture valaisan depuis sa création en 2005, il est important de maintenir un environnement propice à la création littéraire pour l’ensemble des acteurs: auteurs, libraires, éditeurs, bibliothèques. Il plaide pour une reconnaissance du métier d’auteur, notamment par le développement de l’Institut littéraire suisse à Bienne. Si les bibliothèques ont été le premier métier à investir le numérique, elles doivent aujourd’hui assumer leur rôle d’acteur culturel, ce qu’elles font en diversifiant les profils de recrutement.

Jacques Cordonier considère qu’il est plus efficace de mettre en place des politiques publiques avec des interlocuteurs bien organisés, à l’exemple de Valais Films[1] pour l’audiovisuel.

Pierre-Alain Hug, chef de l’Office cantonal de la culture et du sport nouvellement créé à Genève, estime que pour des raisons de masse critique, le bon échelon d’action devrait être celui de la Suisse romande.

Une maison d’édition est avant tout une entreprise. Il y a une augmentation générale du nombre de titres publiés, à mettre en lien avec la diminution des coûts de production que permet le numérique. Mais en fin de compte les produits de mauvaise qualité sont sanctionnés par les lecteurs qui ne les achètent pas.

Les éditeurs suisses: de petites structures

Dans Les Batailles du livre, François Vallotton remarque que sur les 60 éditeurs  que compte l’ASDEL (Association suisse des diffuseurs, éditeurs et libraires), la moitié publient moins de cinq titres par an et ont un chiffre d’affaire inférieur à 200’000 francs[2]. Les maisons d’édition suisses sont donc très souvent des micro-entreprises.

La passion de découvrir et de faire partager des textes est le moteur principal, pas de s’enrichir… Selon Annette Berger, fondatrice en 2010 de Kommode Verlag , le livre suscite un certain enthousiasme et le métier d’éditeur porte encore une image prestigieuse.

Pour Olivier Babel, une maison d’édition est « tout sauf un business, mais il faut le gérer comme une entreprise, de façon très stricte ». Les Presses polytechniques et universitaires romandes qu’il dirige ont connu des belles années au cours de la décennie 1990-2000. Depuis quelques années, en raison de la dévaluation de l’euro, la conduite des affaires est très difficile pour le marché de l’exportation.

Par ailleurs l’édition est considérée comme une branche risquée et l’obtention de prêts bancaires pour développer l’activité est quasiment impossible. Thomas Heilmann de Rotpunktverlag à Zurich signale que des stratégies de financement alternatives, comme le crowdfunding, peuvent être fructueuses.

La relève

Cette session 2017 avait pour thème La relève dans les métiers du livre en Suisse. A part quelques cours en Suisse alémanique, il n’existe pas de formation pour être éditeur. Pour Fanny Mossière des éditions Noir sur Blanc, des études de lettres constituent cependant une bonne base pour « empoigner des textes ». D’autres éditeurs comme Olivier Babel ou Fabio Casagrande sont titulaires de diplômes en sciences économiques.

Le métier s’apprend le plus souvent par transmission. Matthieu Mégevand qui a pris la succession de Gabriel de Montmollin à la tête de Labor & Fides, estime qu’il a fallu deux années pour achever la transition. L’importance du mentorat est soulignée.

L’ « industrie » du livre

Le terme d »industrie du livre est une dénomination abusive. Il faudrait plutôt parler d' »artisanat » aux deux extrémités de la chaîne: l’édition et la librairie.

Les 12 librairies du réseau Payot vendent trois millions d’exemplaires par an, soit 220’000 références différentes. 60 % de ces livres sont vendus à moins de 5 exemplaires! La dispersion de l’offre est très caractéristique de ce type de commerce. La richesse du fonds est à double tranchant: c’est un facteur d’attractivité pour la clientèle, mais il immobilise des capitaux et de l’espace. Les grands groupes d’édition français Editis et Hachette ont mis en place des chaînes d’impression à la demande, permettant de fournir rapidement les libraires de publications dont la rotation est lente.

En Suisse romande Payot observe une baisse des prix de 20% depuis 2011. C’est une aubaine pour le client, mais pèse sur les bénéfices. Pascal Vandenberghe le directeur de Payot n’attend pas pour autant d’aides directes de la part des pouvoirs publics. En revanche, il salue la préférence donnée par les bibliothèques genevoises à l’achat local et regrette la concurrence déloyale des géants du commerce en ligne qui ne respectent pas les obligations et conditions de travail. Le comportement des consommateurs n’est par ailleurs pas anodin.

Ivan Slatkine, directeur de Slatkine Reprints SA et des Editions Honoré Champion, relève que les éditeurs ont toujours besoin d’un bon maillage de libraires pour promouvoir les publications.

Et le livre numérique? Les acteurs présents s’accordent pour penser que l’édition destinée aux besoins professionnels s’orientera toujours plus vers ce support numérique. En revanche le livre imprimé conservera ses adeptes pour la lecture plaisir.

Conclusion

Le marché du livre est une activité commerciale dont la portée culturelle est reconnue. En Suisse cette branche est soutenue par les différents échelons politiques: Confédération, cantons, mais aussi les villes. Le niveau cantonal est toutefois prépondérant. Le métier d’éditeur est une activité à forte valeur d’image, mais à faible rentabilité, largement représenté en Suisse par des micro-entreprises. Le constat est à peu près similaire pour les libraires.

Le paradoxe est que la production de livres ne cesse d’augmenter dans un contexte de trop-plein informationnel: en Italie il se publiait 13’000 titres par an dans les années 1980, contre 60’000 en 2016!

Finalement, si les intervenants semblaient relativement confiants pour la poursuite de leurs activités, aucun n’a prétendu que le futur serait plus radieux qu’aujourd’hui…

Ajout du 16.07.2017

ActuaLitté vient de publier un compte-rendu détaillé de ces deux journées des Assises de l’édition.

[1] http://valaisfilms.ch

[2] François Vallotton, Les batailles du livre. L’édition  romande, de son âge d’or à l’ère numérique, Lausanne, Presses polytechniques et universitaires romandes, 2014.p. 46